Articles

Marie la Juive

Malgré les nombreux obstacles rencontrés au cours de l'histoire, les femmes ont pu surmonter ces difficultés. Peu à peu, avec beaucoup de lutte et d'efforts, leurs contributions ont commencé à être acceptées. Ces femmes courageuses ont rendu grâce à leur persévérance le monde meilleur.

Aujourd'hui, nous allons parler de l'une des premières femmes scientifiques au monde : Marie la Juive à qui nous devons beaucoup pour ses travaux sur les sublimations, les techniques de chauffe indirecte, la fabrication d'extraits divers et variés, les techniques de blanchiment, l'identification du sel marin et de l'acide acétique.

Pourtant nous avons peu de renseignements sur Marie la Juive que certains pensent être Myriam la prophétesse. Contemporaine de l'alchimiste Zozime d'Alexandrie, on la situe à Alexandrie entre le Ier siècle et le IIIème siècle après J.C. On peut affirmer qu'elle a été la première femme chimiste ou alchimiste de l'histoire.

Malgré ce manque d'informations à son sujet, son existence est sans aucun doute réelle. De nombreux ouvrages d'auteurs de langues et de cultures différentes, y font référence.


On lui doit de nombreuses inventions :




le Kerotatis, un vase hermétiquement clos utilisé pour chauffer et
exposer à l'action des vapeurs des substances en poudre ou en limailles utilisées
en alchimie ;



le Tribikos, un un petit alambic à trois bras destiné à obtenir des
substances purifiées par distillation



Un Aéromètre, oublié puis redécouvert au XVIIIè siècle par Baumé ;



Mais sa plus grande invention à laquelle on lui conservera son nom,
est sans conteste le Bain marie qui est un procédé
de cuisson lente à basse température avec un récipient que l'on chauffe
avec son eau et qui contient lui-même la matière à chauffer.


Source : artetsymboles