Lumière projetée


La lumière manifestée et son spectre


La lumière est constituée d’ondes électromagnétiques, caractérisée par une longueur d’onde dans le vide et correspondant à un niveau d’énergie et d’intensité.

La lumière Divine ou absolue est la vérité qui émane de Dieu. La lumière révélée, la lumière de la Foi, la lumière surnaturelle par opposition à la lumière naturelle, propre à la raison humaine.

Voici Deux définitions de la lumière mais nous commencerons par son histoire, du feu à la lumière.





du feu à la lumière

A l’aube de l’humanité, l’homme était un animal brut dont l’instinct de survie était le seul maître. Le Feu a été pour l’homme l’étincelle du développement de sa conscience. Il lui a permis de se protéger des prédateurs, de s’éclairer la nuit, de se chauffer et ainsi de se fixer à un terroir souvent proche d’une source d’eau. Le feu lui a surtout permis de cuire les aliments et de réduire considérablement son temps de digestion. Ce temps de loisir, et non plus de survie, va lui permettre de créer, d’imaginer, de transmettre son savoir à sa progéniture.

La transmission du Feu fut le premier trésor de l’homme qui hélas a aussi préfigurer un pouvoir et souvent la guerre du Feu. L’homme maîtrisant le Feu a reçu le pouvoir d’accélérer le processus de la nature et de l’apprivoiser. Ce Feu est le microcosme face au macrocosme du soleil. L’homme en maîtrisant le Feu s’est senti à l’égal du Soleil. Le Feu lui a permis de voir dans l’obscurité et de découvrir des endroits inconnus. Le Feu fut la première lumière de L’homme.

Puis, dans l’évolution de l’humanité, les maîtres du Feu comme les forgerons ont été d’une importance capitale dans le développement des Matières et souvent considérés comme des magiciens.

Dans notre monde contemporain, la découverte de la bombe nucléaire nous a fait prendre conscience que ce Feu pouvait nous exterminer. Ainsi, les limites de la viabilité terrestre étaient définies mais jusqu’à quand ?



Maintenant, découvrons la lumière à travers le Symbolisme
La lumière est un symbole universel de la divinité ou de la spiritualité, car c’est elle qui a permis à l’univers, en le révélant, de sortir du chaos originel, et qui a repoussé l’obscurité dans ses dernières limites. Parmi tous les couples d’opposés, la lumière et l’obscurité forment l’un des plus importants, où la lumière est souvent désignée par la plus constante des sources, le soleil. Si la lumière du soleil est directement perceptible, la lumière de la lune est d’abord le reflet de celle du soleil ; plus douce et moins éclairante car polarisée.

L’obscurité n’est cependant pas toujours ressentie comme hostile ; elle est au contraire souvent envisagée, dans le couple d’opposition qu’elle forme avec la lumière, comme un complément de celle ci. Les sociétés patriarcales considèrent la lumière comme un élément masculin, et l’obscurité comme un élément féminin.



La religion Perse mettait au premier plan le combat qui opposait la lumière et l’obscurité et attribuait des propriétés divines au royaume de la lumière. L’idée de l’ascension de l’obscurité vers la lumière a fait l’objet de nombreux enseignements initiatiques.

Du point de vue ésotérique qui est celui de la cabbale juive la lumière originelle est la substance même de la divinité. Les chrétiens définissent le Créateur comme la lumière du monde.
La symbolique alliant l’esprit à la lumière se retrouve aussi dans le manichéisme et le gnosticisme.

Manifestation de la lumière dans le saint Sépulcre

Le monde judéo-chrétien considère aussi la lumière comme un élément autonome. Dans la genèse la séparation de la lumière et des ténèbres constitue la première manifestation divine ; le soleil et la lune ne seront qu'accrochés au firmament comme luminaires. ( séparation de la religion de Moïse et des peuples païens).
La légende Juive explique que « le Créateur aurait caché la lumière qu’il avait créée au premier jour car il avait prévu que ses futures créatures l’irriteraient ». La lumière originelle est la lumière des Justes (pensée juste / parole juste / action juste, Zoroastre).

Manifestation de la lumière dans le saint Sépulcre

Pour exprimer la relation symbolique de Dieu et de la lumière sur l’homme, représentée par les couronnes lumineuses, ou exprime le rayonnement de la lumière divine par des auréoles. La parole de Jésus je suis la lumière du monde devait avoir une très grande influence sur la symbolique chrétienne de la lumière.



La petite lampe (lumignon de couleur rouge) que l’on peut voir veiller dans toute église catholique symbolise la lumière éternelle qui grâce aux prières illumine les morts. C’est en tant que dispensateurs de lumière que sont utilisés les cierges.

Le bouddhisme considère la lumière comme un symbole de la vérité et de la victoire remportée sur le monde matériel, sur le chemin de l’Absolu, le Nirvana sans couleur ni Forme. La lumière est l’équivalent de la Connaissance (Gnose). L’idéographie chinois Ming, qui réunit en lui la lumière du soleil et celle de la lune signifie à la fois la vraie connaissance et ce qui en est en même temps la cause et la conséquence, l’illumination libératrice qui délie de tous les conditionnements.


L’hindouisme regarde pour sa part la lumière comme une métaphore de la sagesse, comme l’expression de la part spirituelle et divine de la personnalité, (krishna : le Seigneur de la lumière)
Dans l’Islam, la lumière porte un nom Sacré « Nür » car Allah est la lumière du Ciel et de la Terre. Le symbole de la lumière joue également un rôle primordial dans la doctrine juive de la Cabbale, en tant que lumière primitive appelée Or ou Awr. Cette lumière a jailli de l’éther primitif et caché. Il existe une lumière essentielle.


Le franc maçon est en quête de lumière. On donne une lumière à un nouvel admis. il y a 3 grandes lumières (le livre sacré l’équerre et le compas). Il y a 3 petites lumières posées sur la sagesse force et beauté. Il y a une certaine vénération de l’est . Il y a dans les Loges des représentants de la lumière.

On doit noter enfin que dans certaines doctrines ou pratiques mystiques, Dieu est dit ténèbre pour l’homme, car sa lumière est si éclatante qu’elle aveugle quiconque l’aperçoit. Ces ténèbres, de ce fait ne représentent pas une obscurité véritable, mais sont l’image paradoxale dont on se sert alors pour désigner celui qui, au-delà même et à la source de la lumière est conçu comme Lumière des lumières.

L’obscurité aveugle mais l’excès de lumière éblouit donc on doit trouver un juste milieu et cela se définit par éclairer puis rayonner.

La lumière symbolique n’est elle pas l’Absolu. Sa première manifestation dans le monde et dans l’homme ?



Pour les alchimistes la symbolique de la lumière est l’étoile ou les quatre triangles réunis pour ne faire qu’un. C’est la chrysopée du Seigneur , l’illumination , la pierre philosophale.


Manifestation de la lumière au laboratoire

Lien sur la Vidéo : Manifestation au Labora-T-ore



Les Hermétiques donnent ce nom au mercure quand il blanchit après la putréfaction ; et c’est alors que se fait la séparation des ténèbres et de la lumière. Ils nomment aussi Lumière la poudre de projection, parce qu’elle semble éclairer les métaux imparfaits, quand elle les transmute en or ou argent. Les philosophes ont quelquefois donné le nom de lumière à leur soufre rouge ; parce qu’ils l’appellent aussi Soleil, et que le soleil, nous transmet la lumière (dictionnaire mytho hermétique Dom Pernety).


Mais chez les alchimistes le symbole de la lumière est la lance de Saint Michel terrassant le dragon, la jonction de la lumière d’en haut avec la lumière du bas, la lumière manifestée dans la matière.

C’est Henri Coton-Alvart dans son livre « les deux lumières » qui nous apportera la plus belle approche de la Lumière des philosophes par le Feu.

Il existe 2 sortes de lumière : la lumière manifestée et la lumière libérée.
- La Lumière d’origine au premier jour a rempli le Vide (ou chaos primordial) de sa lumière manifestée. C’est le Premier Animus. Mais cette lumière a rencontré des forces d’opposition (par réflexion, réfraction ou absortion) et ainsi la matière est née.
- La lumière manifestée va s’ enrouler autour de ces ténèbres et, par définition, la matière est le vide et la lumière est le plein. La matière est de la non lumière. Nous ne savons pas à quoi correspond la lumière manifestée, nous pouvons en voir que les effets nous ne connaissons pas la Cause de ces effets.

Pour accéder à la lumière manifestée, il faudra rectifier la maille cristalline d’une matière qui, par sa pureté ou transparence, pourra un temps court se manifester dans cette matière et seulement si nous avons fait le travail de rectification et de purification sur nous mêmes. L’expérimentateur doit atteindre un niveau de sagesse d’une pureté et d’une sincérité absolues s’il veut atteindre l’illumination et connaître,si Dieu le veut , la Véritable Connaissance.

La lumière libérée sort toujours d’une matière dans laquelle elle a été introduite sous une forme ou sous une autre. Les Formes d’énergie sont mécaniques, électriques, chimiques et rayonnantes. La lumière rayonnante reprend le libre mouvement vers l’infini (esprit) que possède la lumière manifestée. C’est la lumière libérée de la matière.

La lumière libérée ou lumière du soleil : la lumière du soleil nous permet de voir la réverbération de celle ci sur les objets qui nous entourent. La couleur de ces objets est une fréquence d’onde. Si le sac est rouge la lumière libérée du soleil va renvoyé la fréquence d’onde à notre cerveau qui l’analysera comme rouge le reste des fréquences est absorbé.

Lorsque l’on observe la lumière, elle est blanche mais cache la palette de couleur de l’arc en ciel visible et les rayon x à ultraviolet invisibles. L’homme ne peut percevoir la totalité du spectre lumineux.


Pour conclure cette introduction, la lumière manifestée est caché, au fond de nous-mêmes notre travail est de rééquilibrer nos pensées et nos sentiments vers l’intelligence de notre coeur et de retrouver la lumière de l’esprit primitif.

Le chemin vers la lumière par HCA
la reprise de contact avec la lumière de l’esprit rend évidentes pour la pensée une foule de choses auparavant obscures ; le monde se clarifie. Il ne s’agit pas de jongler avec les idées, mais bien de suivre dans la réalité vivante du monde naturel les actions du monde céleste, voulues et gouvernées par le monde divin.
Alors la seule ambition qui reste au spectateur de l’oeuvre est d’y mettre la main, de vérifier ce qu’il croit avoir compris. Il s’agit de connaître la nature après avoir sorti son œil du cône d’ombre et l’avoir replacé dans la clarté primitive. L’ensemble de ces concepts, observations et pratiques expérimentales compose l’alchimie congrûment entendue.

Cette science est celle des Essences, des Structures et des Rapports.Il y a deux chimies : la chimie de la Vie dont l’agent est la lumière manifestée et la chimie ordinaire dont l’agent est la lumière libérée.

Pour finir je voulais juste partager un magnifique documentaire d’Arte sur « la lumière, l’obscurité et les couleurs développant le travail de Newton et Goethe. Je trouve l’approche de Goethe très intéressante. Il définit les couleurs par une simple différence d’intensité entre l’obscurité et la lumière. Son cercle des couleurs et les oppositions me fait réfléchir sur la décomposition de la lumière.

Il y a encore beaucoup de réflexion et de travail sur la lumière.

Ce documentaire montre les expériences et les résultats d’un vrai travail d’alchimiste « le cercle harmonique des couleurs » de Goethe est pour ce que je suis une révélation, une nouvelle porte. Les couleurs naissent du clair obscur.


La lumière d'origine est invisible, il lui faudra une matière pour la révéler .

Livre abbaye de Saint-Amand-les-Eaux - page 272 et suivantes

La lumière est représentée sous différentes formes dans le corpus alchimique, Philosophe traversant le voile des apparences, Oeil qui voit tout, glaive de l'Archange Saint-Michel, la lance de Saint Georges, lucarnes et lanternes ...





La figure ci-contre présente le spectre de la lumière visible qui s'étend de l'ultraviolet (300-400 nm) à l'infrarouge (au-delà de 700-800 nm). Ce spectre apparait orsque l'on décompose la lumière blanche du soleil à travers un prisme.


Livre abbaye de Saint-Amand-les-Eaux - page 272 et suivantes

Tout corps solide porté à haute température émet de la lumière blanche (filament d’une lampe par exemple), cette même lumière que l'on passe au travers d'un prisme est déviée et décomposée en plusieurs couleurs que l'on appelle spectre de couleurs : Rouge, Orange, jaune, Vert, Bleu, Violet.

Si à la place de passer une lumière blanche à plusieurs radiations (polychromatique), on passe la lumière d'un laser à une seule radiation (monochromatique), le prisme ne décomposera pas la lumière et si au départ le rayon est bleu, il se retrouvera bleu sur la cible.



Si on place un deuxième prisme en inversé, on passe de la lumière blanche à la lumière décomposée, puis de la lumière décomposée à la lumière blanche recomposée.




L'addition et la soustraction des couleurs




Projetons 3 faisceaux de lumière Rouge, Vert, Bleu, la superposition de ces 3 couleurs primaires donnent du blanc, c’est la synthèse additive.

bleu + {rouge + vert} donne blanc
bleu + { Jaune } donne blanc
Le jaune est la couleur complémentaire du bleu.

rouge + {vert + bleu} donne blanc
rouge + { cyan } donne blanc
Le cyan est la couleur complémentaire du rouge.

vert + {rouge + bleu} donne blanc
vert + { magenta } donne blanc
Le magenta est la couleur complémentaire du vert.

Utilisons une lumière blanche et des filtres colorés : un Rouge, un Vert, un Bleu,
le filtre coloré laisse passer sa propre couleur et absorbe les autres.

Utilisons une source de lumière blanche, munie d’un filtre coloré de base vert.
Le filtre vert laisse passer le vert et absorbe (soustrait) les autres couleurs (bleu et rouge).
C’est la synthèse soustractive des couleurs.

Si nous utilisons une source de lumière blanche, munie deux filtres primaires rouge et vert superposés avec des filtres secondaires : jaune, magenta, cyan.
Le filtre magenta « soustrait » le vert et transmet le (rouge + bleu).
Le filtre jaune « soustrait » le bleu et laisse passer le (rouge + vert).
Le filtre cyan « soustrait » le rouge et transmet le (bleu + vert).
Le filtre vert « soustrait » le bleu et le rouge et laisse passer le vert.
Le filtre bleu « soustrait » le vert et le rouge et laisse passer le bleu.
Le filtre rouge « soustrait » le bleu et le vert et laisse passer le rouge.


La couleur d'un objet


Loi 1 : La couleur des objets qui nous entourent dépend de la lumière qu’ils diffusent.
Loi 2 : Eclairé par une lumière blanche un objet possède la couleur de la lumière qu’il n’absorbe pas.
Loi 3 : La couleur d’un objet dépend de la couleur de la lumière qui l’éclaire.

Lorsqu’elle traverse des milieux différents : une partie de la lumière est transmise à travers le second milieu s’il est transparent, une partie est absorbée, une partie est réfléchie.

Si on éclaire un objet avec une lumière blanche, quelle est sa couleur ?
Une partie de la lumière blanche reçue par l'obet est absorbée, une autre partie est renvoyée et donne sa couleur à l’objet. Un objet est de couleur rouge lorsque l'objet absorbe toutes les couleurs de l'arc en ciel, excepté la couleur rouge.

Quelle est la couleur d'un objet de couleur rouge éclairé avec une lumière de couleur bleue ?
Quand l'objet est éclairé par une lumière qu’il absorbe, il apparaitra de couleur noire.
Quand l'objet est éclairé par une lumière qu’il n'absorbe pas comme le jaune (rouge + vert), il apparaitra de sa couleur d'origine rouge.

La combustion des sels et la couleur de la lumière


Lorsque l’on place différents sels en contact avec le feu (flamme directe), on obtient une réaction exothermique doublée d’une coloration fonction du type de sel mis en contact.
La réaction couleur / chaleur est intéressante à analyser puisque le feu absorbe l’énergie de la réaction qu’il restitue sous forme de lumière. Cette lumière est observable sous la forme d’une couleur en fonction du spectre lumineux s’il se situe dans la gamme des rayonnements visibles entre [ 400 nm ; 700 nm ]. Lorsque certains métaux sont en contact avec le feu nous ne les voyons pas lorsqu'ils sont du domaine des infra rouges ou des ultra violets.

Relation entre couleur du feu (flamme directe) et couleur du sel
Lors de la projection d'un sel d'une certaine couleur sur le feu on obtient rarement la même couleur. Par exemple, la solution de sulfate de cuivre est bleu et sa couleur de la flamme est verte.

Cette expérience peut être utilisée pour montrer que les électrons des atomes sont placés sur des niveaux ayant une énergie bien déterminée et pas n'importe comment. Lors de l'excitation par la chaleur, les électrons passent des niveaux stables à des niveaux instables (plus hauts en énergie). En se désexcitant, ils retournent à leur niveau d'origine et émettent un photon (lumière) d'une longueur d'onde bien précise (couleur). On dit que le spectre d'émission atomique est un spectre de raies ou discontinu car il ne contient que certaines couleurs et non pas toutes les couleurs, par opposition au spectre de rayonnement du corps noir comme dans l'expériences des étincelles. Ceci peut illustrer le modèle théorique de l'atome décrit par Niels Bohr.


Expériences de projection sur la flamme

Violet pâle (potassium)
Rose fuchsia (lithium)
Rouge (strontium)
Orangé (calcium)
Jaune (sodium)



Expérience d'auto-ignition de la matière au laboratoire

Lien sur la Video : Ignition au Labora-T-ore



Les verriers de laboratoire, qui font chauffer le verre avec des chalumeau pour le ramolir et le modeler, observent à chaque fois la flamme jaune et intense du sodium. Le verre, en plus de la silice SiO2, contient d'autres substances minérales telles que Na2O. Afin de ne pas être éblouis par cette lumière intense, ils utilisent des lunettes teintées en bleu de cobalt qui filtre les longueurs d'ondes d'émission du sodium.

Bunsen et Kirchhoff, deux chimistes allemands du XIXe siècle, avaient déjà utilisé ce filtre bleu pur montrer que, dans un mélange contenant les ions sodium et potassium, la flamme lilas (pâle) du potassium était bien présente mais masquée par la flamme jaune du sodium. C'est d'ailleurs eux qui avaient observés et tenté d'interpréter scientifiquement, pour la première fois, ce phénomène d'émission atomique.

Ils venaient d'inventer une nouvelle méthode d'analyse : la spectroscopie.


Analyse de certaines projections par la spectroscopie





Analyse de certaines lumières par la spectroscopie









Analyse du rouge des vitraux par les spectres lumineux





Livre abbaye de Saint-Amand-les-Eaux - page 272 et suivantes


Pour continuer ...

un article sur le feu au four