Articles

Raymond Lulle

est né vers 1232 à Palma de Majorque et décédé le 29 juin 1315 en mer méditerranée sur un navire reliant les îles Baléares.

Une enfance à la croisée des trois cultures, chrétienne, islamique et juive. Il devient très jeune page du second fils du roi avec une ascension rapide, il devient Sénéchal et majordome du futur roi. Ìl épousa Blanca Picany qui lui donna deux enfants.

Il jouit des fastes et des plaisirs de la cour mais son éducation et son esprit sont voués à la Chevalerie.

Vers 1263, Raymond Lulle affirma avoir eu des visions Christiques. Cette nouvelle perception du monde à travers ces impressions le poussèrent à vendre tous ces biens puis les reversa à sa famille. Il abandonna sa femme et ces enfants pour partir prêcher. Il passa 9 ans de formation théologique et morale puis se mit à écrire (livre de contemplation de Dieu) et son système de pensée l'Art et ces premiers volumes.

Puis ces ouvrages furent approuvés par un moine franciscain à la demande de Jacques II de Majorque. Il fonda une école de missionnaires franciscains puis se retira pour se dédier à la méditation et la contemplation.

La mission de Lulle est d'ouvrir dans la chrétienté des séminaires de missions lointaines et d'accueillir et former des missionnaires pour christianiser le monde Arabe. Il entreprit de faire à travers l'Europe et le Proche-Orient des conférences et tournées d'apostolat.

Il voulait récupérer la Terre Sainte par une nouvelle croisade mais toutes ces demandes furent refusés.



Le projet Rex Belletor :

La chute des restes du royaume de Jérusalem (Saint Jean d'Acre en 1291) secoua les consciences des chrétiens qui ne purent expliquer ce désastre, des réformes profondes s'imposèrent. Raymond Lulle proposa l'unification des ordres sous le commandement d'un Rex Bellator mais le projet était en opposition avec celui de Philippe le Bel et n'aboutit pas car celui-ci accusa les templiers d'hérésie et détruisit l'ordre.

Le concile de Vienne :

En 1311, Raymond Lulle était présent au concile et on ne connaît pas la nature de son vote. sa proposition de créer des collèges pour enseigner aux missionnaires l'hébreu, l'arabe et les langues orientales fut acceptée. La seconde lever une nouvelle croisade fut rejetée.

Le dernier voyage :

Plusieurs hypothèses sont proposées par les historiens sur la mort de Raymond Lulle. Pour l'université de Barcelone : « vers le mois de mars 1316 ou avant, il trouve la mort à Tunis, dans le vaisseau de retour ou à Majorque même » ou selon Michel Mourre « en 1314, il s'embarqua pour une nouvelle expédition en Afrique du Nord. Mais peu après son débarquement à Bougie, il fut lapidé par les habitants et mourut en martyr, victime de ces blessures ».



Oeuvres Principales :

Le grand et dernier Art: Ars magna
Le Livre des contemplations
Le livre du gentil et des trois sages
Blanquerna
Félix ou le livre des merveilles du monde
Liber des ascensu et descensu intellectus
Les Douzes Principes de la Philosophie
La vie contemporaine
Le Livre de l'ordre de la chevalerie
Le livre de la fin
L'Arbre de la science



Les Pseudo-Lulle : A partir de 1370, de nombreux écrits alchimiques apparurent sous le nom de Raymond Lulle. L'université de Barcelone divise sa base de données d'oeuvres de Lulle en trois sections :

1) Les œuvres écrites par Raymond Lulle
2) Les textes du Pseudo-Lulle alchimiste
3) Les écrits sur des thèmes divers signés par d'autres pseudo-lulle.



La partie de l'oeuvre pseudo-lullienne traitant de l'alchimie est la plus importante. Ce sont ces textes qui firent la célébrité de Raymond Lulle au XVI etXVII siècle et par lesquels Descartes et Leibniz s'intéressèrent à l'oeuvre authentique de l'écrivain.

Pour Jacques Van Lennep « le cas du philosophe majorquin Raymond Lulle est plus clair. Il ne cessa de condamner l'alchimie dans ses œuvres authentiques mais cela ne n'empêcha pas qu'avant 1500, une cinquantaine d'écrits alchimiques fussent mis à son nom. Ainsi le Testamento dédié au roi Edouard d'Angleterre en 1332, alors que Raymond Lulle était mort en 1315 !

Ces traités alchimiques lulliens pourraient avoir été conçus par ses disciples. Ceux-ci auraient appliqué à la science d'Hermès les théories de leur maître, telles qu'elles furent exposées dans les ouvrages mentionnés dans l'autobiographie qu'il dicta à Paris en 1311. La tradition a conservé des épisodes tendant à démontrer que Lulle pratiqua l'alchimie, mais ils sont anachroniques ou ne concordent pas avec cette autobiographie.



Biographie alternative

Lulle naquit vers 1232-35 à Palma de Majorque où il passa plusieurs années et où il apprit l'arabe. Il fut le précepteur des fils de Jacques 1er Roi Aragon et entreprit d'évangéliser l'Afrique du Nord où, en 1316 , il périt lapidé (voir Llinares, A : Raymond Lulle, philosophe de l'action, Paris 1963).

Dans de nombreux textes, Raymond Lulle combat l'alchimie opérative sans jamais toucher aux aspects spéculatifs.

Il ne semble pas avoir eu cette opinion pendant toute son existence, car dans un ouvrage écrit en 1272, il admet la réalité de la transmutation. On en a parfois déduit que le symbolisme hermétique aurait pu l'influencer. Il n'en demeure pas moins que, pour lui, l'or qui était à l'origine de tous les maux existait avant tout dans l'imagination de l'alchimiste qu'il qualifiait d'être Phantasticus.

Qu'elle qu'ait été l'opinion de Raymond Lulle, on ne peut nier l'influence considérable de son symbolisme logico-mathématique, l'Ars magna, sur l'Alchimie


Source : Wikipedia