Articles


Louis Figuier



Louis FiguierGuillaume Louis Figuier, né le 15 février 1819 à Montpellier et mort le 8 novembre 1894 à Paris 9e, est un écrivain et vulgarisateur scientifique français.

Louis Figuier est le vulgarisateur scientifique le plus prolifique du xixe siècle, célèbre par le nombre et la qualité des articles de revues et des ouvrages qu'il a publiés de 1848 à 1894. Ayant débuté par une prometteuse carrière scientifique en pharmacie, chimie, physique, celle-ci s'achève par son affrontement avec Claude Bernard en 1854. Après cet échec, il se consacre entièrement à la vulgarisation, inventant même un théâtre scientifique qui n'aura pas le succès escompté.


Carrière scientifique



Louis Figuier est issu d'une famille de scientifiques. Son père, Jean Figuier, était pharmacien à Montpellier, et son oncle Pierre-Oscar Figuier avait découvert et appliqué le pouvoir de décoloration des os calcinés. Figuier est diplômé de pharmacie, puis docteur en médecine en 1841. En 1844, il entre au laboratoire de chimie de la Sorbonne, dirigé par Antoine Balard, montpelliérain comme lui.

En 1846, il est nommé professeur adjoint à l'école de pharmacie de Montpellier, où il présente une thèse de chimie (dosage du brome), et une thèse de physique (action de la lumière sur quelques substances impressionnables). Après son agrégation à l’École de pharmacie de Paris, en 1853, il enseigne la chimie dans cette école4. C’est là qu'il entreprend une série d’expériences physiologiques en vue de démontrer que le rôle du foie, dans l'organisme, est de condenser le sucre qui existe dans le sang, contrairement aux travaux de Claude Bernard, qui niait, lui, la présence spontanée du sucre.

Cette lutte scientifique tourne au désavantage de Figuier. Sur les conseils de François Arago, il abandonne sa carrière scientifique pour se consacrer à son œuvre de vulgarisation scientifique, déjà largement amorcée les années précédentes.


Œuvre de vulgarisation scientifique



Déjà connu des savants par de nombreux mémoires publiés de 1847 à 1854 dans les Annales des sciences et le Journal de pharmacie, ainsi que par ses articles à la Revue des deux Mondes, à la Revue scientifique ou encore aux Annales des sciences, Figuier remplace Victor Meunier comme rédacteur du feuilleton scientifique du quotidien La Presse, en 1855. Ses articles sont publiés chaque semaine jusqu'en 1878. Dès 1856, l'auteur utilise une partie de cette chronique pour publier l'Année scientifique et industrielle ou Exposé annuel des travaux. Cet inventaire exact des productions scientifiques de l'année, qui sera publié chaque année jusqu'à la mort de Figuier, aura beaucoup de succès et inspirera plusieurs revues équivalentes.

Figuier est ainsi devenu un vulgarisateur populaire, publiant de nombreux ouvrages de science et d'histoire vulgarisées : La Vie des savants illustres, La Terre avant le déluge, et des collections de 4 ou 5 livres, Tableau de la nature, Les Merveilles de la science, Les Mystères de la science, Les Merveilles de l’industrie…

Vers le mois de mai 1857, Il est, aux côtés d'Augustin Barral, d’Henri Lecouturier et Félix Roubaud, au nombre des fondateurs d'une association de vulgarisateurs, le Cercle de la presse scientifique.

Il fut également rédacteur en chef de La Science illustrée, revue hebdomadaire de vulgarisation scientifique créée par Adolphe Bitard et à laquelle participèrent aussi Jules Verne, Louis-Henri Boussenard et Camille Flammarion.

Son œuvre suscita beaucoup d’engouement (même si ses livres furent loin d’atteindre le succès de ceux de Jules Verne), mais aussi des critiques, de la part notamment d’Émile Zola. Il en vint à incarner, dans les années 1870-1880, la figure par excellence du vulgarisateur scientifique en France.

Avec son épouse Juliette Figuier, qui publiait des nouvelles et des romans languedociens dans la Revue des deux Mondes, Figuier tenta aussi de créer un genre nouveau, et finança le « théâtre scientifique », une série de pièces ayant pour héros les grands inventeurs ou les grands savants (Denis Papin, 1882 ; Keppler ou l’Astrologue et l’Astronomie, 1889), qui se fixait pour but de « régénérer le théâtre en le rendant instructif, en faire un instrument de moralisation et de progrès8 ». Cette tentative eut peu de succès et lui attira de nombreuses critiques acerbes8. Sur la fin de sa vie, il a publié quelques livres philosophico-scientifiques sur la vie après la mort. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.



Livre sur l'alchimie :
L'Alchimie et les Alchimistes, essai critique sur la philosophie hermétique (1854)


(C)2021 - Philomène Alchimie