Livres

AYUB

Roman initiatique


Auteur : Véronique David-Martin
442 pages
Prix de vente : 26,00 € TTC


Un voyage initiatique de la mort à la vie
Un soir d’hiver dans les années 1990, au cœur d’une grande métropole, l’existence médiocre de Danny brutalement bascule. Ainsi commence pour lui une extraordinaire aventure initiatique.

Le narrateur, un jeune homme en dérive dans un monde matérialiste et postmoderne, se retrouve du jour au lendemain à la rue. Au plus profond d’une détresse extrême, il rencontre Virgile, un spagyriste énigmatique, qui le recueille dans son antre souterrain. Ceci marque pour Danny le début d’un voyage initiatique, entre conscient et inconscient, doutes et révélations, au cours duquel il devra traverser des épreuves de plus en plus exigeantes et visionnaires. S’il les réussit, il aura le privilège de poser la question « Qui est Ayub ? » et pourra tenter de comprendre l’immense portée de son secret.

Par-delà l’intrigue mystérieuse, dont les racines plongent dans une tradition mystique et ésotérique séculaire, ce sont les problèmes plus pressants que jamais du sens de la souffrance humaine, du sens de la vie, et du rapport souvent négligé de l’homme à l’inconscient et au spirituel, qui sont les grands thèmes du livre.

Ayub est dédié à tous ceux qui cherchent.

Véronique David-Martin est un écrivain français qui vit au Royaume-Uni depuis 35 ans. Elle a un doctorat en littérature comparée et a été publiée en Angleterre, en France et en Belgique. Passionnée d’histoire, de mythes et de légendes, elle incite ses lecteurs à vivre plutôt qu’à juste lire ses romans.



« Au petit matin, éreinté par la marche et les tourments, j’osai enfin m’asseoir. Après quelques minutes d’abattement et de stupeur, je levai la tête et vis, comme inspiré par un élan de conscience absolue, la perfection qui partout m’entourait, l’herbe humide de rosée, la fraîcheur verte des arbres, la pâleur dorée du ciel ; et je me souvins de l’extraordinaire cadeau qui m’avait été fait un soir d’orage dans un parc tout à fait semblable à celui-ci.

Je me rappelai l’indicible beauté de la vision et, en un éclair de compréhension, je saisis l’essence de la puissance née de l’orage, du mélange de l’eau et du feu, du mélange de deux contraires : la raison et l’instinct, l’ordre et le désordre, le bien et le mal... De même, je sentis que si l’aube était parfaite c’était parce qu’elle retenait encore quelque chose des mystères de la nuit, tout en s’éclairant doucement des promesses du jour. L’harmonie absolue de l’univers soudain me frappait et, toute fatigue envolée, je sentis frémir en moi un bonheur intense.

Je compris que j’appartenais au monde : lui en moi, et moi par lui, avec lui et en lui. Tout était lié, Hawken, l’étoile que je voyais encore luire dans le ciel clair, l’oiseau qui flottait sur l’air, l’arbre qui murmurait dans la brise, la fleur qui s’éveillait, le ver qui se lovait dans l’herbe, le roc qui somnolait, et moi, et tous les êtres. « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour accomplir les miracles de l’unique. » Pourquoi oublions-nous tellement souvent le pouvoir de ce si simple secret ? »

Un soir d’hiver dans les années 1990, au cœur d’une grande métropole, la vie médiocre de Danny brusquement s’achève. À partir de ce moment, tout sera différent. Le narrateur, un jeune homme en dérive dans un monde matérialiste et postmoderne auquel il ne se sent pas appartenir, se retrouve du jour au lendemain à la rue. Tombé dans la déchéance, aussi bien sociale que physique et morale, il rencontre l’énigmatique Virgile, un alchimiste spagyriste, qui lui offre refuge dans son antre sous la terre.

Cette expérience marque pour Danny le début d’un extraordinaire voyage initiatique, voyage de découverte et de reconstruction, entre conscient et inconscient, réalité et rêve, doutes et révélations. À travers une suite d'épreuves de plus en plus exigeantes et visionnaires, ce périple en profondeur le mènera vers une rédemption personnelle et la vision fulgurante d’une rédemption universelle, quand il pourra enfin comprendre le miracle d’Ayub.

Derrière l’intrigue mystérieuse, dont les racines plongent dans une tradition mystique, alchimique et ésotérique séculaire, ce sont les questions plus pressantes que jamais du sens de la souffrance humaine, du sens de la vie, et du rapport souvent négligé de l’homme à l’inconscient et au spirituel, qui deviendront le centre de la quête de Danny.

Ayub n’impose aucune réponse, car il existe autant de chemins pour parvenir à l’éveil qu’il existe d’individus, mais il incite chacun à découvrir que la vie est une quête dont le départ est au fond de soi.